Archives du mot-clé Madère

Le monstre du jardin public de Funchal

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

monstreIl émerge d’innocentes pousses vert tendre, rugissant, prêt à engloutir les petits d’humains qui s’éloigneraient de leur mère. Son groin hideux s’ouvre sur un désastre intérieur : qu’a-t-il dévoré avant de terrifier celui qui a le malheur de le croiser ?

Yeux terribles, de guingois dans un chaos d’épouvante. L’arcade sourcilière proéminente de son œil droit inquiète autant que le cerne prononcé qui le souligne : la créature ne dort pas bien, tourmentée par des cauchemars antédiluviens. Le côté gauche pétrifie : d’où vient cette excroissance qui ressemble à une tumeur et rend l’œil vitreux ? Le cyclope né d’une sauvagerie végétale s’apprête à frapper, bras droit levé.

Ce monstre immobile dressé dans une parade tragique ne fait peur à personne, les enfants crient et leurs mamans rêvent, elles se laissent bercer par le soleil dans le jardin public de Funchal.un peu de recul Le tronc de ce Choriza Speciosa recèle également une magnifique oreille visible sur ce cliché, en bas à gauche, et un petit monstre curieux qui observe les petits avec leur pelle et leur seau, ses deux pattes devant lui comme s’il avait envie de les rejoindre pour jouer. Une bouche dédaigneuse et nombre d’éléments anthropomorphiques peuplent également le tronc tourmenté mais personne ne les regarde,  à part les spectateurs munis d’une imagination débridée. Jouez, enfants, et rêvez, mamans, l’heure est paisible. Ce soir, avec les ombres de la nuit, c’est une autre histoire…

Le pêcheur

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

 

le pêcheur

Il est tout seul face à l’océan, tout seul, canne à pêche et avant-bras tendu dans un prolongement si parfait qu’ils semblent ne faire qu’un. Tee-shirt jaune qui brille au soleil, dos droit, jambes légèrement pliées, il ne ressemble pas à l’idée que l’on se fait du pêcheur tranquille. Sa casquette bleu ciel s’harmonise avec le bleu clair des vagues, il se fond dans le paysage avec légèreté : on le dirait comme suspendu en appui sur un triangle fessier.

On ne sait pas s’il écoute le ressac ou s’il a branché son petit appareil à cassettes. Ses pensées clapotent au gré de l’eau, un rocher noir dans son dos, crachat volcanique transformé en bête paisible. Face à l’océan, sa ligne presque parallèle à la jetée, il attend que ça morde. Que frétille la vie prisonnière et que le moulinet vibre d’excitation, pour qu’enfin son bras gauche serve à quelque chose.

Il n’est qu’attente, immobilité instable en face des flots, plongée dans une solitude sereine face au grand ciel vide.

Humour madérien

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter
Fragile...

Fragile…

On a le sens de l’humour à Madère, on aime plaisanter avec indolence et gentillesse, témoin cet immeuble plus que décati dans la vieille ville de Funchal. Le quartier n’a pas encore viré à la pâtisserie touristique de certaines rues où le malheureux au teint trop pâle se trouve coincé entre deux rangées de restaurants qui possèdent chacun un racoleur. On voit ça partout dans le monde, il faut bien vivre, mais ici le racolage se fait en douceur, Demain peut-être ? et un sourire pour faire pardonner le harcèlement.