Chatbots I

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

LauraLes chatbots ? Vous voulez dire sabots et vous êtes enrhumé ? Cela se prononce « chat-botte » ? Alors un mélange de chat botté et de « ça me botte », un mot valise pour renouveler le « ça me va » ou le « OK » laconique ?

Rien de bucolique ou de poétique dans ce mot, un chatbot est bien un mot-valise, mais une contraction entre le chat anglo-saxon, la conversation, et le mot d’origine tchèque robot. Un chatbot est un logiciel qui converse avec les humains et vous avez sans doute déjà eu affaire à un certain nombre d’entre eux.

Vous ne les connaissez peut-être pas, mais vous leur parlez très souvent parce qu’ils ont envahi notre vie. La plupart des grandes entreprises utilisent ces logiciels qui portent un prénom et répondent à nos questions. Féminin, le prénom, bien sûr, comme Laura d’EDF bleu ciel. Si votre problème n’est pas trop compliqué vous ne vous apercevez même pas que vous n’avez pas eu affaire à un être humain derrière son ordinateur mais à un robot. Mais ce n’est pas toujours le cas, nombre de chatbots avancent masqués et font irruption sur des sites, bien décidés à soutirer des informations utilisables.

Une grande partie des conversations sur les réseaux sociaux sont le fait de chatbots, histoire de modifier nos comportements, gonfler les chiffres du trafic ou provoquer des envies d’achats. L’équivalent de la musique d’ambiance et des faux clients dans un restaurant : plus il y a de monde, plus on entre.

Les chatbots en disent long sur notre société coincée entre besoin de rentabilité et solitude, efficacité et besoin de s’épancher.  Leur nombre ne cessent d’augmenter. Un site spécialisé répertorie 1285 chatbots, mais leur nombre ne cesse d’augmenter, des startups inventives sont à l’affût de nos besoins.

Les chatbots devenant de plus en plus performants, ils sont donc appelés à se généraliser dans notre vie ; les assistants personnels se multiplient. Là encore, on devrait parler d’assistantes, parce que les prénoms choisis sont majoritairement féminins : Alexa d’Amazon, Cortana de Microsoft ou Siri d’Apple. Ces douces voix féminines répondent à nos questions pratiques et finissent par meubler notre solitude. Voix sensuelles ou maternelles selon notre besoin,  elles font reculer nos angoisses existentielles.

Plus fort encore, certains chatbots font reculer la mort. Je vous en parlerai dans un autre article.

(Vu 31 fois)

2 réflexions au sujet de « Chatbots I »

  1. alainx

    Ce ne sont jamais que des machines…
    et finalement, du temps où il existait des guichets avec des personnes réputées humaines. combien de ces personnes se comportaient comme des robots et même parfois comme des robots agressifs…
    alors, tant qu’à faire…

    1. Nicole Giroud Auteur de l’article

      C’est vrai lorsque les machines s’annoncent comme telles, cela supprime un travail répétitif et peu gratifiant. Par contre lorsque sur internet dans les différents groupes auxquels nous participons nous n’avons aucune certitude d’avoir affaire à des humains plutôt qu’à des chatbots.
      Heureuse de te retrouver, Alain!

Les commentaires sont fermés.