Archives du mot-clé Malabar Princess

L’Envol du sari et les restes de l’avion indien sur le Mont-Blanc

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

Le dix novembre, un sujet du journal télévisé de France 2 (à 32mn:59s) a remis la fonte du glacier des Bossons et les catastrophes aériennes indiennes sur le devant de la scène.Sari-et-Montagnes

Deux avions indiens se sont écrasé sur le Mont-Blanc au même endroit, à seize ans d’écart, leurs restes ont été pillés ou enfouis dans les séracs, dans l’éternité du chaos glaciaire. Mais le géant surplombant la vallée de Chamonix qui semblait immuable est menacé de disparition et recrache les restes que les chercheurs de trésors n’ont pas trouvés.

C’est une drôle d’histoire, un mélange de destins tragiques et de secrets, une histoire improbable et terrible dont le glacier dévoilera peut-être certaines clés, à moins que celles-ci dorment déjà dans des coffres marqués secret défense.

Tout le monde a entendu parler du Malabar Princess qui s’est écrasé sur le Mont-Blanc en novembre 1950, ne serait-ce que grâce au joli film avec Jacques Villeret. Par contre, le Kangchenjunga, le deuxième avion qui a explosé au même endroit en janvier 1966, personne n’en a entendu parler, et pas seulement à cause de son nom imprononçable qui signifie « les cinq trésors de la grande neige », c’est-à-dire les cinq plus hauts sommets de l’Inde, ou de l’absence de film à son sujet. Reprenons l’histoire.

Le trois novembre 1950, le Malabar Princess n’arrivera jamais à son escale de Genève, il vient de s’écraser avec 48 personnes à bord sur le glacier des Bossons, à côté du sommet du mont Blanc.

Ce qui se passe ensuite tient du roman policier et du film politique.

Chamonix est envahie par un mélange hétéroclite de dirigeants d’Air India, de militaires, de hauts fonctionnaires français sans compter les journalistes qui débarquent de toute l’Europe. On apprend que le Constellation ne faisait pas partie des vols de ligne habituels, qu’il avait été affrété pour transporter trente-neuf marins devant rejoindre leur bateau dans le nord de l’Angleterre. On s’interroge très vite ; que ou qui transportait-il donc en dehors de ces malheureux esclaves modernes, cet avion venu d’un pays qui n’existait pas trois ans plus tôt ?

Les rumeurs s’amplifient, les journaux parlent d’un personnage clé de l’indépendance indienne qui aurait voyagé incognito dans l’avion, de valeurs importantes qui se seraient trouvées dans la soute…

Le 24 janvier 1966, un autre avion d’Air India s’écrase à peu près au même endroit que le précédent, son épave est localisée à proximité du rocher de la Tournette, à 4’677m d’altitude, comme pour le premier avion. Il y avait 117  personnes à bord, c’est le Kangchenjunga.

Le même mauvais temps. La même compagnie aérienne, alors qu’il n’y a eu jusqu’à aujourd’hui aucun autre accident de vol commercial. Si la présence de quelqu’un d’important avait été suspectée lors du crash du Malabar Princess, elle est avérée lors du crash du Kangchenjunga. Il s’agit du professeur Bahbha, le responsable du programme nucléaire indien qui se rendait à une conférence sur le désarmement des pays non-alignés à Vienne.

Le contexte international est tendu entre les blocs de l’Est et de l’Ouest qui se font la guerre par pays interposés, c’est la Guerre Froide. L’Inde fait partie des pays du tiers monde qui refusent de choisir de choisir entre l’OTAN (l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord) et le Pacte de Varsovie, ce que le Pandit Nehru nomme le « non-alignement ».

L’Inde progresse en direction de l’arme nucléaire grâce aux travaux du professeur Bahbha, ce qui inquiète le monde : que se passerait-il si le géant indien possédait la bombe et l’utilisait contre le Pakistan ou la Chine ? La mort du professeur Bhabha  retardera longtemps le programme nucléaire indien.

L’avion a-t-il été victime d’un attentat ? Le secteur est bouclé, côté français comme côté italien, et les journalistes sont interdits, tout comme les recherches non autorisées. Pendant des années le secteur sera étroitement surveillé et les documents sont classifiés.

La gendarmerie reçoit des courriers depuis Londres à l’en-tête de la compagnie d’assurance Lloyd’s, la compagnie qui assure les biens précieux sur la planète entière. Ils font mention d’un coffret en bois rempli de pierres précieuses et promettent une récompense importante à qui les retrouvera. Cette boîte a été retrouvée par un jeune homme en 2013.

Les rumeurs d’attentat n’ont pas disparu malgré l’hypothèse la plus probable selon laquelle  l’explosion en plein vol du Kangchenjunga serait due à la collision accidentelle avec un avion de chasse italien lors de manœuvres de l’OTAN.

Les mystères ne sont pas tous éclaircis, loin de là, et cette histoire qui m’avait bouleversée et qui est à l’origine de L’Envol du sari, retrouve toute son actualité. Le reportage de France 2 montre la photo d’un couple d’Indiens retrouvée par Timothée Mottin, le gérant de la buvette des Bossons. Impossible de ne pas songer à Firoz et Rashna, les héros de L’Envol du sari. Me revoilà plongée dans cette période et dans le désarroi des familles, leur besoin de compréhension et d’apaisement, la fascination que je ne demande qu’à vous faire partager.

Sacrifice numéro un : la danseuse du Malabar Princess

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

J’admire les écrivains qui couchent leur roman sur le papier sans états d’âme, d’un seul jet, comme Stendhal couchant La Chartreuse de Parme sur le papier en cinquante–huit jours. Un roman sorti tout droit du cerveau de son auteur, sans redites ou contradictions, sans remords d’écriture, avec la certitude jubilatoire du juste.

Hélas, j’écris par coup de cœur, incapable de suivre un plan, ce qui m’oblige à réécrire mon texte un nombre impressionnant de fois tant je me retrouve régulièrement dans une impasse. Il y a pire encore : les chapitres que l’on aime d’amour et dont il faut se séparer parce que l’économie du texte l’exige. Je hais le mot économie, je hais plus encore d’être obligée de me soumettre à son diktat.

Des rapaces et des hommes s’inscrit dans le cadre des deux catastrophes aériennes qui ont marqué la vallée de Chamonix ; mais on ne peut tout écrire : le lecteur se lasserait. Le lecteur français, puisque le lecteur Américain par exemple n’a pas peur des pavés où il trouvera des informations foisonnantes. Le grand Victor Hugo écrivait ainsi, dans la jubilation de l’excès, mais qui lit encore ses digressions savantes et souvent passionnantes ?

Pour Des rapaces et des hommes, j’ai dû amputer mon texte, comme d’habitude, et je vous livre ici l’un des chapitres sacrifiés, dans l’attente de vos réactions. Bonne lecture !

VIII La danseuse du Malabar Princess

Les deux prêtres avançaient lentement, pieds nus dans la boue chaude et collante mêlée de bouse, oppressés par la chaleur et les odeurs de poisson pourri. Ils allaient de village en village au bord de la mer d’Oman, obsédés par la pluie, le rythme de la pluie sur le sol auquel répondait la respiration de la mer.

Ils avaient dépassé Mangalore, les pieds dans la boue et l’âme en transe, la pluie ruisselant sur leur robe safran, lorsqu’ils la virent. Elle pouvait avoir cinq ou six ans et portait un panier sur la tête contenant un filet avec des bouchons de liège ; elle avait surgi d’un sentier qui venait de la mer, tête immobile et grâce infinie, les eaux grises de la mer d’Oman haletant dans son dos. Aucun tressaillement de l’osier ou du liège : une danseuse immobile traversant les énormes gouttes d’eau sans même les sentir et rétablissant la fluidité de l’air.

C’était elle. Une fille de pêcheur. La transaction ne serait pas longue. Lire la suite