La somptuosité et le rêve: le film de Bruno Aveillan pour Cartier

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

L'OdysséeVous avez envie de plonger dans un univers onirique dont la beauté vous submergera ? Ouvrez vite le lien vers ce film réalisé pour les 165 ans de la maison Cartier et qui vient d’obtenir une médaille d’or à NewYork.

La panthère de la joaillerie Cartier prend vie, s’évade par la verrière du Grand Palais dans un fracas de cristal comme autant de diamants et parcourt des mondes fabuleux, de la Russie à la Chine et à l’Inde des maharadjas.

Elle court à côté d’une troïka de chevaux blancs dans Saint Peterbourg enneigé, et les alliances d’or roulent comme des essieux improbables ou des cercles de feu. Surgit du sol un dragon d’or qui prend son envol au-dessus de la muraille de Chine : affrontement.

Des chevaux au galop devant le musée de l’Ermitage à l’éléphant  porteur de toute la préciosité de l’Orient, la panthère opère un voyage à travers l’histoire de la maison Cartier.

Histoire, c’est le mot qui convient, avec le passage de l’aéroplane de l’aviateur Santos-Dumont,  histoire qui permet le retour de la panthère à Paris.

Le bestiaire fabuleux des collections Cartier réinterprété par Bruno Aveillan, magnifié par la somptuosité de l’image, la sensibilité extrême et la compréhension intime de la maison mythique et de ses plus belles créations transforme notre regard sur le film publicitaire.

« Publicité » serait ici un gros mot face à cette création qui vaut beaucoup de films dits d’auteur et qui vient d’obtenir un International advertising awards au festival de New York.

Bruno Aveillan, si vous ne le connaissez pas encore, est un des créateurs les plus originaux et les plus doués de sa génération. Regardez ses autres publicités, et vous comprendrez que, lorsque vous verrez son nom sur un film (cela arrivera bientôt je l’espère), il faudra vous précipiter de toute urgence.

L’Odyssée de Cartier
Bruno Aveillan
Quad Productions

(Vu 145 fois)

Une réflexion au sujet de « La somptuosité et le rêve: le film de Bruno Aveillan pour Cartier »

Les commentaires sont fermés.