Le corps des Français devient propriété de l’état

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

transplantationsUne  loi sur la santé a été votée en première lecture par les députés le mardi 14 avril : qui en a parlé dans nos journaux tout occupés de la chaleur estivale régnant sur le pays ?

Cette loi est pourtant fondamentale : elle institue la mainmise de l’État sur le corps de tous les Français. Tous les Français majeurs deviennent désormais des donneurs présumés consentants, à moins d’avoir signifié leur refus en s’inscrivant au registre national du refus de dons d’organes.

Qui a connaissance d’un tel registre ? Quel jeune de dix-huit ans, à l’âge où l’on se croit immortel, va demander un tel formulaire et l’envoyer par la poste ?

C’est une OPA massive et brutale sur la population qui vient de passer en première lecture à l’Assemblée nationale. En cas de mort accidentelle, les proches n’auront plus leur mot à dire pour le prélèvement d’organes, ils seront seulement informés et plus consultés, mis devant le fait accompli. Alors qu’ils viennent d’apprendre la mort de leur enfant des médecins leur diront ce que l’on va prélever sur le corps de celui-ci.

Bien sûr que cela permettra de sauver beaucoup de vies, tant de gens se trouvent en attente d’une greffe ! Près de 20 000 personnes attendent qui un cœur, qui un poumon ou une cornée. Elles attendent la mort de quelqu’un pour avoir la possibilité de prolonger leur propre vie. Difficile situation par la notion de don volontaire.

Jusqu’à présent une équipe était chargée de préparer les proches, elle était à l’écoute de leur souffrance malgré les délais très courts, seulement quelques heures avant que les fonctions du corps commencent à se dégrader.

Il est vrai que près de 40% des familles refusent que le corps de leur enfant, parti à l’école ou chez des copains et qui a tardé à revenir à la maison soit découpé en morceaux. On leur explique que l’on va prélever les cornées, le cœur, les poumons, les reins. Qui est assez fort  pour ne pas secouer la tête avec horreur ? Et puis la souffrance laisse la place à la générosité dans 60% des cas grâce au tact et à l’empathie de ceux qui se trouvent en face d’eux.

Je ne saurai que trop vous recommander de lire le magnifique livre de Maylis de Kerangal, Réparer les vivants qui traite de ce douloureux sujet.

Cette loi est d’une brutalité terrible. Il ne s’agit plus désormais de don d’organe mais de prélèvement autoritaire. Je ne suis pas sûre que la médecine gagne en humanité. Les listes d’attente vont diminuer et beaucoup plus de receveurs vont vivre, c’est positif. Mais là où ils étaient conscients de la valeur du don que des familles dans un état de souffrance absolue avaient accepté, ils  se retrouveront ’avec un organe autoritairement prélevé. Je gage que nombre de problèmes psychiques nouveaux vont apparaître chez les receveurs…

Pourquoi ne pas envoyer au domicile de tout Français (ainsi qu’à chaque jeune atteignant sa majorité) une lettre expliquant le don d’organe en lui demandant son accord pour ce geste citoyen au cas où un malheur arriverait ?  Libre à la personne de refuser.

Un consentement éclairé d’un être en pleine conscience vaut beaucoup mieux qu’’une souffrance brutale. Pour le personnel hospitalier, pour les familles, pour les malades. En fait pour nous tous.

(Vu 417 fois)

6 réflexions au sujet de « Le corps des Français devient propriété de l’état »

  1. angedra

    En effet cette nouvelle Loi n’attire pas beaucoup de réactions, mais encore faudrait-il que les médias et élus nous en parlent !
    Jusqu’à présent sans indication précise du défunt, les médecins posaient la question aux proches : « au cours de discussions avait-il dit qu’il était favorable aux dons d’organes ? ».
    Quelques heures après le décès de mon compagnon, cela s’est fait par téléphone !!!
    «  »Pouvons-nous utiliser sa cornée ? Pensez-vous qu’il était pour les dons d’organes ? » »
    Quelques minutes pour répondre…. par téléphone… et j’ai donné mon accord….
    Alors oui je pense qu’un courrier adressée à certaines périodes de la vie ne serait pas superflue et ferait preuve de respect pour les familles.

    1. Nicole Giroud Auteur de l’article

      Ce qui vous est arrivé est monstrueux, bien loin des précautions que l’on prend d’après ce qui est écrit ou dans le roman de Maylis de Kerangal, Réparer les vivants. Cela sera encore pire si on ne se mobilise pas pour le respect des familles.
      Merci pour votre témoignage, Angedra.

  2. Edmée De Xhavée

    Effectivement, ce qui choque le plus est la discrétion manipulatrice avec laquelle ceci se met en place. Une lettre claire envoyée lors de la majorité ou à d’autres occasions, voire même un rappel en prépa etc… ne serait pas du luxe. Bref, nous voici recyclables, et vive la … « démo »cratie!

    1. Nicole Giroud Auteur de l’article

      Ce n’est pas la seule loi liberticide passée en toute discrétion. Comment être attentif et réagir avec efficacité, là est la question…

  3. ANAIS FAUCHER PESTRE

    Cette nouvelle loi empiète sur nos droits fondamentaux…! Enfin comme beaucoup d’autres, malheureusement!
    Toute personne doit être libre de décider de son « sort » après sa mort…!!! Mais apparemment, plus en France!
    Où va-t-on?

Les commentaires sont fermés.