Cueilleur d’essences, de Dominique Roques, des senteurs et des hommes

Shares

Ce livre est le récit de trois décennies de vagabondage aux sources du parfum. Ni chimiste, ni botaniste, j’ai plongé dans la parfumerie après des études de gestion, suivant ainsi mon attirance de toujours pour les arbres et les plantes. J’ai commencé ce parcours par goût et par curiosité, il est devenu une passion et depuis trente ans je me consacre à rechercher, trouver, acheter et parfois produire des dizaines d’essences pour l’industrie du parfum. Dans les champs de roses ou de patchouli, dans les forêts du Venezuela ou les villages du Laos, j’ai été initié aux odeurs par les gens des terres du parfum. Ils m’ont appris à écouter l’histoire que racontent les essences et les extraits quand on en ouvre les flacons et je suis devenu ce qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler un « sourceur ».

Tout est dit dans cette présentation de l’auteur. Dominique Roques va nous embarquer dans un fabuleux voyage où il ne sera pas seulement question d’odeurs, mais beaucoup de gens. Ce livre est rempli d’humanité : compréhension empathique de tous ces paysans, gemmeurs et autres planteurs ou ramasseurs, tous ces milliers de gens à travers la planète qui souffrent du froid ou de la chaleur et risquent parfois leur vie pour donner des senteurs à la nôtre. Nombre d’entre eux mènent une existence misérable.

Ce livre est un hommage à toutes les personnes qui se battent pour que l’existence de ceux qui sont à la source des essences nécessaires à la parfumerie soit moins difficile.

Hommage aux hommes, description précise des plantes et des arbres. Quel fabuleux vocabulaire pour décrire les odeurs et les images qu’elles font naître !

Dans les champs et les ateliers sentir les facettes vertes ou sucrées d’une odeur de fleur, reconnaître les notes bouillies dans les essences fraîches, se familiariser avec un vocabulaire plus évocateur que descriptif. On parle de notes de métal, d’humus, de pluie, de foin coupé, d’étable, de peau salée, de cuir neuf…

Cueilleur d’essences est un livre plein de poésie, savant sans se montrer pédant, rappelant chaque fois que nécessaire l’origine d’un arbre et son importance dans la région, et ce depuis des milliers d’années. Il se fait plus grave par moments, évoquant la destruction ou la quasi-disparition de certains d’entre eux à cause de la convoitise excessive des intermédiaires ou des grandes entreprises, comme le bois de rose en Guyane. La politique a aussi son impact, souvent très important, et l’auteur-baroudeur en fait parfois les frais.

Ce n’est pas seulement un livre de souvenirs, aussi passionnant soit-il, que nous offre l’auteur, mais un véritable texte littéraire :

Il (Nikolaï le Bulgare) m’a dit qu’il avait un cadeau spécial à me faire et a tiré de sa poche quatre boutons d’uniformes. Il les avait trouvés en nettoyant le terrain après le passage des tracteurs, ils avaient appartenu à des soldats russes et attendaient là depuis plus de cent vingt ans.

Quelque temps après, début juin, en pleine récolte, Nikolaï et moi visitions cette plantation au petit matin. Le champ était sublime, large pente coulant vers la vallée, couverte d’une mer de points roses, boutons commençant à fleurir. Quand le soleil a touché les rosiers, des chants d’oiseaux d’abord épars, et puis de plus en plus forts, ont gagné toute la plantation. Leur chant semblait un encouragement aux fleurs en train de s’ouvrir, encore humides de rosée, prêtes à être cueillies. C’était saisissant mais je m’étonnais de ne voir aucun oiseau. Après un moment de silence, Nikolaï s’est approché pour me dire doucement : « Ce ne sont pas des oiseaux qu’on entend. C’est l’âme des soldats tombés ici qui chante pour qu’on ne les oublie pas. »

Dominique Roques est un humaniste doublé d’un optimiste : il évoque nombre de belles personnes qui se dévouent pour sortir les paysans de la misère, et la prise de conscience des grands groupes de la parfumerie devant le désastre écologique et humain qui mènera à la disparition des essences naturelles si rien n’est fait. Alors ceux-ci financent des écoles, des groupes médicaux, assurent un revenu minimum pour ceux dont, en définitive, ils dépendent.

Optimiste, vraiment ? Je ne suis pas sûre, mais c’est à vous de juger.

Ne passez pas à côté de ce livre magnifique. Tant d’émotions et de connaissance vous y attendent !

Cueilleur d’essences
Dominique Roques
Éditeur1 / Éditeur2, mars 2021, 304 p., 20,90€
ISBN : 9782246826231

(Vu 63 fois)
Shares