L’anomalie du train 006 de Pascal Fioretto : un pastiche réjouissant

Shares

Comment devient-on un excellent pasticheur ? En étant un grand lecteur, pour commencer, capable de repérer les thèmes récurrents de l’écrivain qu’il a pris pour cible, ses tics d’écriture et sa façon de penser. Dans L’Anomalie du train 006, Pascal Fioretto fait soliloquer ses victimes qui sont immédiatement identifiables par ses lecteurs. Ses victimes ? Oui, parce qu’un bon pasticheur doit saupoudrer son texte de méchanceté qui agit comme un acide sur une plaque de métal et la rend plus brillante.

Pascal Fioretto adore surfer sur la vague et parodier des auteurs au style extrêmement varié, choisissant à chaque fois l’ouvrage auquel personne n’a pu échapper en son temps : Sérotonine de Michel Houellebecq devint Mélatonine, L’Élégance du hérisson de Muriel Barbery se transforma en L’Élégance du maigrichon, quant à Marc Lévy, son célébrissime Et si c’était vrai vira en Si c’était niais. Redoutable.

Autant dire que, avec son million d’exemplaires vendus pour L’Anomalie, prix Goncourt 2020, Hervé Le Tellier ne pouvait lui échapper.

L’Anomalie devient L’Anomalie du train 006 et c’est très réussi. La multiplication des clins d’œil peut sembler un peu lourde : en novembre 2021 les auteurs susceptibles d’obtenir le prix Goncourt se trouvent dans le train Paris-Brive-la-Gaillard. L’auteur ne pouvait tout de même pas leur faire prendre l’avion comme dans le roman de Le Tellier, certains y sont peut-être allergiques, tout le monde sait que les écrivains sont de grands sensibles. C’est ainsi que, entre autres, Joël Dicker, Virginie Despentes, Emmanuel Carrère, Aurélie Valognes, Sylvain Tesson et bien sûr Hervé Le Tellier se retrouvent dans ce train qui va connaître le même sort que l’avion Paris-New-York.

Même trame que L’Anomalie, donc, mais tous les personnages appartiennent au monde littéraire et aux potins parisiens. Ces personnalités, Fioretto les étrille, se moque de leurs tics et ambitions.

L’Intercité 006, lancé à pleine vitesse, vient de dépasser Vigneux-sur-Seine, Essonne. Voilà plusieurs semaines déjà que Joël trompe son manque d’inspiration en travaillant sur un scénario pour la télévision romande, La Vérité sur l’affaire de la disparition des vaches à cloches, un sordide fait divers qui ensanglanta les alpages du canton de Berne.

C’est méchant mais désopilant. Et je ne vous cite pas le pire. En général je ne goûte guère ce genre d’humour, mais là, j’avoue avoir beaucoup ri. La parodie rejoint la caricature, et la personnalité médiatique des écrivains cibles est si accordée à leur discours intérieur que cela devient du grand art.

On reconnaît si bien les auteurs qu’on lit d’habitude que ceux qui nous sont inconnus restent savoureux, tant on fait confiance au pasticheur. Au final, un tableau plutôt réaliste se dégage des occupants de ce train 006 et du monde littéraire franco-français, malgré la présence du Genevois de départ, dont on a oublié qu’il est Suisse tant il a de succès dans l’Hexagone.

L’auteur retombe parfaitement sur ses pattes en trouvant une astuce brillante pour justifier sa fameuse anomalie et l’on rit une fois de plus devant tant de duplicité. Il en profite pour faire dire à Hervé LeTellier certaines vérités tout droit sorties de l’Anomalie :

À soixante-trois ans, dont une trentaine passés dans l’écriture sur tous supports, le petit monde de la littérature lui paraît un train burlesque où des escrocs sans ticket s’installent tapageusement en première avec la complicité de contrôleurs incapables, tandis que restent sur le quai de modestes génies – espèce en voie de disparition à laquelle Hervé n’estime d’ailleurs pas appartenir sauf si on insiste.

L’Anomalie du train 006 n’obtiendra pas le Goncourt, certes, mais ce petit livre vous fera passer un agréable moment. Je l’ai repris plusieurs fois, ouvrant au hasard des chapitres les jours de pluie, et chaque fois j’ai ri, malgré l’absence de surprise. C’est tout ce que je vous souhaite.

L’Anomalie du train 006
Pascal Fioretto
Éditions Herodios, juin 2021, 144 p., 16€
ISBN : 978-2-940-66629-4

(Vu 51 fois)
Shares