Archives du mot-clé Uchronie

La confrérie des chasseurs de livres : François Villon héros trouble

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

La confrérie des chasseurs de livresVoici une uchronie purement littéraire et souvent jouissive répondant à l’une des nombreuses zones d’ombre de l’histoire : qu’est devenu François de Montcorbier alias François Villon après la commutation, le 5 janvier 1463, de sa peine de mort par pendaison en dix ans de bannissement par le parlement de Paris ?

L’auteur imagine que le jeune roi Louis XI, admirateur du poète et conscient de ses dons pour dynamiter l’ordre établi, va utiliser sa renommée et son côté rebelle pour lutter contre l’influence du pape.

Notre poète mauvais garçon est libéré de son pourrissoir après un entretien avec l’évêque de Paris, émissaire du roi. Secondé par Colin, son acolyte coquillard râleur, le poète va entreprendre un long périple qui le mènera en Terre Sainte à la découverte d’une étrange société secrète juive, la Confrérie des chasseurs de livres. Elle existerait depuis des siècles, collectant aussi bien des écrits grecs anciens interdits par l’Inquisition que les dernières paroles du Christ. Cette puissante société secrète aurait des ramifications dans tout l’Occident, et elle entend bien dynamiter le pouvoir temporel du Pape.
Lire la suite

La confrérie des chasseurs de livres
Raphaël Jerusalmy
Actes Sud, août 2013, 320 p., 21 €
ISBN : 978-2-330-02261-7

Avec joie et docilité, machine à explorer le temps finlandaise

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

Avec-joie-et-dociliteSur la page de couverture, une ravissante Bimbo à la robe rose bonbon très chic baisse ses faux cils avec modestie, son crâne décalotté servant de réceptacle pour la brosse des WC.

Je vous présente Avec joie et docilité, le roman de la Finlandaise Johanna Sinisalo qui malaxe les éléments de La machine à remonter le temps de H.G. Wells d’une manière jubilatoire et troublante.

Petite piqûre de rappel : dans le roman de Wells paru en 1985, la terre est habitée par les Eloïs et les Morlocks, deux sous-races dégénérées descendant des hommes. Les Eloïs sont des espèces de benêts béats et oisifs qui jouent en mangeant des fruits toute la journée (finies les galipettes et les steaks saignants) pendant que, sous terre, les Morlocks s’activent et remontent faire leur marché la nuit, adeptes du steak d’Eloïs. Les descendants des anciens maîtres ne sont pas mieux lotis que ceux des anciens esclaves.

Dans son roman, Johanna Sinisalo détourne les codes tout en gardant les éléments significatifs et si Wells situait son roman dans des temps si lointains qu’ils en perdaient leur impact, la Finlandaise situe le sien de nos jours. Le roman se termine en août 2017. À peine un décalage de quelques mois entre la date de parution du livre (2016) et les faits racontés. Idée brillante qui rend son utopie totalitaire bien plus inquiétante que son aînée ! Je vous laisse apprécier maintenant les différences entre les deux romans.

Lire la suite

Avec joie et docilité
Johanna Sinisalo
Traduit du finnois par Anne Colin du Terrail
Actes Sud, juin 2016, 368 p., 22,80 €
ISBN : 978-2-330-06460-0