Archives du mot-clé Angleterre

Les influenceurs et leur pouvoir

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

Ne cherchez pas le mot influenceur dans le dictionnaire Larousse 2019, il n’est pas encore admis, mais cela viendra, vu l’importance du phénomène qu’il désigne. Il est dérivé du nom influence, « action qu’une personne exerce sur une autre, emprise », et c’est bien de cela dont il était question ce matin sur France Inter. Sonia Devillers recevait le Collectif le Tatou dans L’instant M, des youtubers qui étaient invités pour parler de la façon dont ils avaient été manipulés, transformés à leur insu en lobbyistes par les grandes plateformes d’internet…

Je ne connais rien du tout à l’univers des youtubers, et ce matin la façon dont s’exprimaient les invités de Sonia Devillers sur France Inter me donnait la curieuse impression d’un ethnologue découvrant une tribu inconnue. Cependant ce dont ils parlaient faisait entendre la musique de la manipulation massive, et j’ai dressé l’oreille.

L’article 13 sur le droit d’auteur a été voté au Parlement en septembre mais l’écriture finale est discutée à l’Assemblée en ce moment. Il s’agit de clarifier le droit d’auteur et d’obliger les grandes plateformes comme Youtube ou Instagram à respecter à la fois les droits et les volontés des artistes.

Les plateformes internet affirment que c’est ingérable. Ce matin, le chiffre colossal de quatre cents heures de vidéos postées chaque minute a été avancé ; il donne le vertige et semble donner raison à Youtube et Instagram. Mais n’y a-t-il pas en fait des histoires de gros sous et de pouvoir là-derrière ?

Ce qui a été dit dans cette émission impressionne. Lorsqu’on sait qu’un youtuber peut être suivi par des millions de followers (désolée, mais les anglicismes étaient plus courants que le français dans l’émission) et qu’il possède donc le pouvoir d’influencer ceux qui le suivent, on comprend que la campagne orchestrée par les grandes plateformes soit d’une efficacité redoutable.

Tous manipulés, tous manipulables. Les créateurs de vidéos qui ont souscrit à la demande des plateformes et leurs suiveurs. Nous tous, les marionnettes de ces petites vidéos que l’on regarde en toute innocence pour se distraire ou pour apprendre quelques petites choses censées nous rendre la vie plus facile. Et derrière, de grands groupes à la puissance colossale décident ce qui est juste ou non, les lois qu’il faut ou ne faut pas voter.

J’aimerais vous parler d’une manière un peu plus légère de la famille Chapman, découverte dans Cosmopolitan de janvier 2019. Je ne sais pas si l’édition anglaise et l’édition française coïncident et si la famille Chapman est apparue dans le paysage français. Il s’agit de cinq individus très beaux, tous dans la trentaine ou approchant la quarantaine, quatre frères et sœurs ainsi que l’époux de l’aînée, Nic.

cliché Cosmopolitan, photographe Ben Riggott

cliché Cosmopolitan, photographe Ben Riggott

Les jeunes femmes ont commencé à faire des vidéos en amatrices en 2008 pour donner des conseils de maquillage (elles étaient maquilleuses de vedettes de cinéma), et petit à petit elles ont été suivies par beaucoup de jeunes Anglaises. Leurs conseils se sont affinés, leur notoriété a enflé et les sponsors sont arrivés. Les jumeaux ont pris le train de la notoriété en 2010 et 1011 avec des vidéos humoristiques mais touchant tous les domaines de la décoration ou… de l’aide et des photos pour le mariage de leur sœur aînée. Leur beau-frère a enchaîné avec ses recettes en 2014, recettes de cuisine mais aussi de vie en harmonie avec son conjoint.

Anecdotique, me direz-vous. Cela permet tout de même à la fratrie de vivre dans une grande et belle maison et de loger dans un superbe appartement lorsqu’ils se rendent à Londres. Comme le dit Sam, lorsqu’elles ont commencé leurs vidéos le terme d’influenceur n’existait pas. Elles ont été repérées par un chercheur de « talents digitaux », puis elles ont créé sous sa houlette leur canal Pixiwoo et sont devenues petit à petit des professionnelles reconnues, aimées de leurs followers. Le reste de la famille a suivi.

La famille Chapman est devenue en quelques années l’entreprise professionnelle la plus influente de Grande-Bretagne avec les revenus afférents. Les frères et sœurs sont très populaires, peut-être parce qu’ils gardent les pieds sur terre, peut-être parce qu’ils savent que la bulle de notoriété et d’argent peut éclater d’un jour à l’autre. Peut-être également parce qu’ils ont connu une enfance difficile, avec un père alcoolique et violent quand il n’était pas en prison, et que cela les a soudés. Les Chapman, c’est le miroir d’une certaine Angleterre, le miroir heureux que renvoie parfois la misère quand la baguette Internet transforme la citrouille en carrosse.

P.-S. : Parfois le conte de fées connaît des ratés et le destin se rappelle au bon souvenir des intéressés : les deux jeunes femmes viennent de révéler à leurs fans qu’elles sont toutes les deux atteintes de la maladie qui a tué leur père.

Sourires de loup, Zadie Smith déchiquète la société anglaise

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

Sourires de loupVoici un pavé jeté dans la mare de la littérature anglaise en 2001 par une jeune auteure de vingt-cinq ans, de père jamaïcain et de mère anglaise, dont c’était le premier roman.

Pavé au sens propre, parce qu’il fait voler en éclat le mythe de l’intégration, et pavé littéraire de plus de 550 pages qui manie l’humour anglais, le parler jamaïcain, l’argot londonien, les lamentations anglo-indiennes et le snobisme bourgeois : un véritable défi pour le traducteur Claude Demanuelli !

Dans cette saga multiethnique très dense, pleine d’humour et d’émotion, de finesse et de cruauté, on suit deux familles liées par l’amitié indéfectible entre l’Anglais Archi Jones et le Bangladais Samad Iqbal qui se sont rencontrés pendant la seconde guerre mondiale et qui sont liés par un pacte de sang. Trente ans après la fin de la guerre, ils se retrouvent à Willesden, près de Londres, et on suit leur évolution et celle de leur famille respectives pendant presque la même durée.

Ce roman-fleuve s’inscrit dans un contexte historique précis, quand l’Angleterre peine à intégrer harmonieusement tous les peuples de son ancien empire et à admettre son déclin. Zadie Smith a réussi pour son premier roman une fresque d’une surprenante maturité et d’une densité étonnante. Chacun des personnages – et ils sont nombreux – possède une véritable identité : pas de silhouettes hâtivement bâclées, mais des vraies personnes, attachantes ou inquiétantes, solidement arrimées à l’histoire. Lire la suite

Sourires de loup
Zadie Smith
trad. de l’anglais par Claude Demanuelli
Gallimard, juillet 2001, 544 p., 23,30€
ISBN : 2-07-075806-0

Les enfants perdues de l’Angleterre

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

 

CausetteJ’ai déjà dit ailleurs tout le bien que je pense du magazine Causette. J’ai parlé de l’humour qui se dégage de nombre d’articles, humour qui n’exclut pas le sérieux du propos et de la documentation. Dans chaque magazine, au moins une enquête de fond ou une interview fouillée d’une femme impliquée dans le monde contemporain. Pour son reportage « La série qui brise le silence », la journaliste Virginie Roels a été envoyée par Causette à Rochdale, cette petite ville industrielle sinistrée près de Manchester, où des hommes de la communauté pakistanaise ont transformé des adolescentes fragiles en objets sexuels et les ont obligées à se prostituer.

L’équipe de la BBC a mis trois ans pour approcher certaines victimes, et a raconté ensuite l’histoire de trois d’entre elles dans la série Three girls, emblématique des quarante-sept victimes recensées à l’époque du procès qui a eu lieu en 2012. Cette série a eu un retentissement énorme en Angleterre, parce qu’elle n’était pas inspirée de faits réels, mais relatait ces faits le plus minutieusement possible. D’autres victimes se sont mises à parler. L’Angleterre a pris alors conscience de la façon dont les instances judiciaires, sociales et policières avaient traité les victimes.

La série de la BBC a été diffusée sur Arte en juin 2018.

À Rochdale, depuis la diffusion, en mai 2017 sur la BBC, de la série Three girls, qui retrace fidèlement le calvaire de trois de ces gamines, pas un jour ne se passe sans que de nouvelles victimes se fassent connaître. Lors du procès, en 2012, quarante-sept victimes avaient été identifiées. Elles sont aujourd’hui plus de trois cents. En juillet dernier, la municipalité a lancé un appel à témoignages, mis en place un numéro vert, envoyé des agents dans les rues, les écoles, pour les encourager. Un peu tard…

Un peu tard, en effet, pour des faits qui avaient été signalés huit ans plus tôt par l’assistante sociale Sara Rowbotham :

Dès 2004, j’ai alerté ma hiérarchie, celle des services sociaux, ainsi que celle de la police, en leur disant que ces jeunes filles étaient en danger imminent, qu’elles étaient manipulées et abusées.

Personne ne fera rien. Ne pas faire de vagues, ne pas rajouter au chômage et à la misère économique un conflit racial. Car les agresseurs sont des Pakistanais, et les victimes de onze à seize ans, rappelons-le, des gamines « à problèmes ». Lire la suite