Archives pour la catégorie Société

Les loyautés 2 : Yanie enfant placé, enfant déchiré

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

Comment ai-je pu oublier le prénom d’un des adolescents les plus lumineux qu’il m’a été donné de rencontrer lors de mes années d’enseignement ?

Je le revois, avec son rire aux éclats, toujours entouré de filles, celles de la classe et les autres : la coqueluche de ces dames, la vedette du collège.

— C’est toi, le tombeur de la classe ?

— Eh oui…

Aucune fanfaronnade, seulement une acceptation de son statut de chouchou d’amour, et cela devait durer depuis l’école primaire… Les autres garçons n’étaient pas jaloux. Ils étaient conscients que leur virilité n’était pas menacée par la gentillesse de celui qui acceptait de bonne grâce toutes les attentions mais ne les exploitait pas. Impossible de ne pas aimer ce garçon rayonnant d’amour de la vie. Il était un peu enrobé, petit ventre rond et joues pleines, on le sentait gourmand de tout, généreux de tout. Lire la suite

La salle de bal et les délires eugénistes de Churchill

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

HopeAnna Hope nous livre, avec son deuxième roman La salle de bal, une page méconnue de l’histoire anglaise, celle de la tentation de l’eugénisme et de la stérilisation des personnes faibles d’esprit. C’était une des idées fortes de Winston Churchill alors ministre de l’intérieur : stériliser un grand nombre de Britanniques pour l’amélioration de la race anglaise et de la société. C’était une période de grandes grèves, de tensions économiques majeures, un moment où tout un peuple pouvait basculer dans l’insurrection ; ceci explique peut-être cela mais ne le justifie en aucun cas.

Le roman commence à l’hiver 1911 dans un immense asile d’aliénés dans le Yorkshire. Ella a brisé une vitre dans la filature où elle travaille comme une esclave depuis ses huit ans. Un tel acte insensé, tout comme sa révolte contre le contremaître : cela l’envoie tout droit à l’asile. Description terrifiante du quotidien du millier de femmes entassées dans d’immenses dortoirs, de la peur et du délire, du pouvoir discrétionnaire des infirmières. De son côté, John est dans l’asile depuis deux ans, atteint de mélancolie suite à la mort de sa petite fille et au départ de sa femme. Les deux protagonistes vont bien sûr se rencontrer, s’aimer, mais pas n’importe où : dans la salle de bal de l’asile. Une immense salle de bal au milieu de l’établissement où se rencontrent le vendredi les hommes et femmes méritants :

Ella en eut le souffle coupé. La pièce faisait la taille d’au moins deux étages de la filature ; il y avait des fenêtres, mais elles étaient hautes et serties de verre coloré, comme celles qu’on voit à l’église. Il n’y aurait pas moyen de les atteindre. Formant une voûte au-dessus de leurs têtes, le plafond était peint en brun et or. (p. 127)

Lire la suite

La salle de bal
Anna Hope
traduit de l’anglais par Élodie Leplat
Gallimard, août 2017, 400 p., 22 €
ISBN : 978-2-07-268872-0

Őr : les cicatrices sublimées en ode à la vie

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

OrQuel livre magnifique ! Je l’ai commencé ce matin très tôt, le corps douloureux et l’âme pleine de bleus ;  je l’ai terminé tout à l’heure, apaisée, une lumière dans cette grise journée, et je ne peux m’empêcher de vous faire partager mon enthousiasme et mon émotion.

Őr est le dernier roman de l’Islandaise Auđur Ólafsdóttir paru aux éditions Zulma, un texte bouleversant de finesse et de poésie, d’humanité et de générosité, d’humour et de tendresse humaine. Précipitez-vous sur ce très beau roman sans attendre, la chaleur de ce texte venu du grand Nord vous réconfortera plus que n’importe quelle saga exotique.

Note de l’auteur p.237 :

Le mot islandais Őr signifie « cicatrices ». Il n’est ni féminin ni masculin, mais d’un troisième genre qu’on appelle neutre. Őr est identique au singulier et au pluriel : une ou plusieurs cicatrices. Le héros de Őr, Jónas Ebeneser, en a sept, chiffre assez proche de la moyenne. Őr dit que nous avons regardé dans les yeux, affronté la bête sauvage, et survécu.

Lire la suite

Ör
Auður Ava Ólafsdóttir
traduit de l’islandais par Catherine Eyjólfsson
Zulma, octobre 2017, 242 p., 12,99 €
ISBN : 9782843048067

Point Cardinal : quand papa devient une femme

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

Sur le parking d’un supermarché, dans une petite ville de province, une femme se démaquille. Enlever sa perruque, sa robe de soie, rouler ses bas sur ses chevilles : ses gestes ressemblent à un arrachement. Bientôt, celle qui, à peine une heure auparavant, dansait à corps perdu sera devenue méconnaissable.
Laurent, en tenue de sport, a remis de l’ordre dans sa voiture. Il s’apprête à rejoindre femme et enfants pour le dîner.

RécondoVoici un extrait de la quatrième de couverture qui est plutôt un résumé de Point cardinal, le dernier roman de Léonor de Récondo.

Ce point cardinal qui sert à orienter le voyageur, celui qui lui évite de se perdre, c’est la femme cachée depuis toujours dans le corps de Laurent.

Laurent s’est marié avec Solange, il l’aime, il a deux enfants adolescents, Claire, treize ans, et Thomas seize. Seulement la femme qui est en Laurent rue dans les brancards, et Laurent devra céder  la place à Lauren.

Solange découvre la vérité et envoie Laurent chez un psy : il est malade, il faut le soigner. Mais Laurent ne se sent malade que de cette aberration : il est une femme dans un corps d’homme. Lire la suite

Point cardinal
Léonor de Récondo
Sabine Wespieser Éditeur, août 2017, 232 p., 20 €
ISBN : 978-2-84805-226-7

des châteaux qui brûlent, Arno Bertina qui nous saisit

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

BertinaCette maison d’édition au travail si soigné, logo épuré, blancheur resplendissante de la couverture, et ces lettres qui semblent tapées à la machine, aucune majuscule, ni dans le nom de l’auteur, ni dans le titre, cette maison qui doit encore employer de vrais correcteurs tant le texte est parfait, les éditions verticales donc ont publié le roman de Arno Bertina des châteaux qui brûlent en 2017. Cette minuscule dans le titre colle au sujet du livre, à la vie des gens qui vont se croiser, s’interpeller, raconter leur vie dans ce roman social choral, des vies minuscules dans le monde de l’abattoir, mais loin du style de Pierre Michon.

Les salariés d’un abattoir de volailles destinées au Moyen-Orient refusent la liquidation judiciaire de l’entreprise et la fatalité du chômage : ils occupent l’usine. Débarque de sa propre initiative le secrétaire d’état Montville, double transparent de Montebourg. Il partage avec son modèle les grandes idées et l’absence de connaissance de la vie des vrais gens. Lire la suite

Des châteaux qui brûlent
Arno Bertina
Verticales, juin 2017, 424 p., 21,50 €
ISBN : 978.2.07.272688.0