Archives pour la catégorie Société

Le mandarin

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

Le mandarin est un fort bel oiseau, mais le mot désigne aussi un haut fonctionnaire de l’empire chinois membre d’une caste de privilégiés, le terme viendrait du malais mandar, mander, ordonner. C’est tout dire. L’empire chinois du XVIe siècle a disparu mais la caste a fait florès.

Je me souviens des mandarins de l’université, ces êtres inaccessibles et désagréables qui englobaient dans un mépris indifférencié étudiants et assistants.

J’espérais l’espèce en voie de disparition.

Cette semaine j’avais rendez-vous dans un grand hôpital lyonnais avec un éminent professeur secondé par une armada d’assistants hyper diplômés. Il avait fallu montrer patte blanche, avoir un dossier élaboré par mon médecin pour devenir un cas intéressant, et patienter plusieurs mois avant de rencontrer Dieu.

— Surtout ne l’appelez pas comme ça, m’avertit son assistante du jour.

Elle est sympathique, mais je comprends à une certaine crispation de son sourire que le conseil est à prendre au sérieux. Elle est venue me chercher en salle d’attente un quart d’heure avant le rendez-vous et maintenant elle me fait attendre, porte grande ouverte, le regard rivé sur le couloir. La porte opposée s’ouvre sur une silhouette que j’ai à peine le temps d’entrevoir avant qu’elle retourne à son siège.

— C’est maintenant, il faut y aller, me presse-t-elle.

Un homme âgé, l’air d’être né furibond, aboie des questions en découvrant mon dossier sur son écran. Il est fort mécontent, mes analyses de sang ne sont pas si catastrophiques que ça, on lui fait perdre son temps. Mon mari lui fait remarquer les lignes en caractères gras qu’il n’a pas vues, mais l’homme du savoir n’a que faire de son observation.

Un coup de tête sec en direction de l’assistante. Celle-ci est plus petite que moi, ce qui a son importance, car devant ma sidération devant tant de grossièreté et de brutalité, sa petite taille lui permet de me lancer un regard plein de compréhension. Elle fait l’examen, me chuchote :

— Tournez vous pour que le professeur voit…

Sa seigneurie regarde. Bref échange. Il est furieux parce que je me suis adressée à un confrère suisse, « Il fallait y rester ! », que j’ai arrêté de faire les piqûres hebdomadaires qui avaient beaucoup d’effets secondaires et me jette un traitement à la cortisone pour le reste de ma vie à la figure comme un crachat.

Je le regarde. Il transpire la suffisance et le mépris par tous les rares cheveux blancs de son plumage. L’oiseau mandarin est un petit canard originaire d’Asie au beau plumage original ; il est très prisé au bord des étangs raffinés où il apporte une touche de couleur et d’exotisme. À l’hôpital le volatile ne sert pas de décoration, il est destiné à terroriser ses assistants et à transformer l’humanité souffrante en cobayes et statistiques qui font avancer la connaissance médicale.

mandarin

L’assistante lui indique les coordonnées de mon médecin avec le doigt, il n’a pas de temps à perdre en détails triviaux.

Il se lève enfin pour nous signifier notre congé :

— Au revoir professeur, balbutié-je, un peu sonnée.

— Au revoir docteur (il sursaute), pardon, au revoir professeur, susurre mon mari.

L’assistance m’évacue dans le couloir, toujours ce regard de compréhension, j’allais dire de tendresse destiné à évacuer la brutalité de ce que je viens de subir.

À peine sortis du pavillon nous sommes saisis par un fou rire bruyant et libérateur.

— Il insiste toujours dans les colloques sur le dialogue et l’attention que l’on doit porter au malade, m’avait expliqué le médecin que j’avais consulté.

La dernière promenade avec Arlette

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

Certains membres de la famille d’Arlette ont été blessés par mon texte qui se voulait un hommage, un partage de beaux moments avec celle-ci.

Je leur demande pardon, du fond du cœur, de cette blessure involontaire qui s’ajoute encore à leur chagrin.

C’est la raison pour laquelle je supprime ce document de mon blog.

L’auto mariage, pathétique et révélateur

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

Lorsque j’ai lu l’article de Polina Aronson dans Courrier international, il y a quinze jours, j’ai été partagée entre la stupeur et la compassion.

mariage soloLes photos de l’article montraient une mariée traditionnelle radieuse, robe et bouquet blancs, chevelure et maquillage de mariée, diadème de strass dans les cheveux. L’Italienne Laura Mesi célébrait en septembre le plus beau jour de sa vie selon l’expression usée jusqu’à la corde.

Cérémonie traditionnelle, pétales de fleurs jetés sur la mariée traversant la salle, multiples photos des invités. Inutile de chercher le marié, Laura célébrait son mariage avec elle-même. Un auto-mariage.

Si vous voulez plus de détails, ainsi que le « poids des photos » reportez-vous à l’article de Ouest France, vous aurez votre content de saugrenu.

Après les selfies et leurs perches, le mariage célébré dans tous les atours traditionnels, jusqu’au kitsch, à l’absurde. Lire la suite

Oiseaux siffleurs

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

Ce qui m’avait frappée tout d’abord en Maryse, c’était son rire. Une irruption dans le brouhaha d’une soirée où, verre à la main, chacun joue son rôle et tout à coup ce grondement de vie, cet éclat, ce jaillissement !

Je l’observais de loin ; elle était au centre d’un groupe refermé sur lui-même d’individus avec lesquels il était difficile d’entrer en communication. Les mots leur glissaient sur le plumage, exquise politesse avant qu’ils se regroupent, limaille sur l’aimant puissant de la parentèle et des affinités sociales. L’eau et l’huile dans les belles réunions organisées par ma meilleure amie.

Durant des années je les ai croisés, elle et son mari, sans véritable échange ; chaque fois ils semblaient me découvrir alors que j’avais accumulé des strates d’informations instinctives à leur sujet. Il y avait de la reconstruction derrière cette brillante apparence, des douleurs assimilées, digérées avec une volonté évidente d’aller dans le sens de la vie.

Au début je n’avais pas compris, je les prenais pour des gens méprisants. Lire la suite

Les vivants au prix des morts et le narrateur au prix de l’auteur

  • Facebook
  • Viadeo FR
  • LinkedIn
  • Twitter

FrégniVous est-il arrivé de lire un livre à cause de son titre ? Personnellement cela m’arrive très souvent, l’appel du titre c’est comme l’air du large quand il est plein de sel, de mystère et de nostalgie. Les vivants au prix des morts, quel titre magnifique !

Je ne connaissais pas l’auteur, quelle importance ? Ouverture au hasard des pages et confirmation que l’écriture de l’auteur était aussi belle que ce titre mystérieux dont la quatrième de couverture éclairait la signification :

Lorsque le douzième coup de midi tombe du clocher des Accoules, un peu plus bas, sur les quais du Vieux-Port, les poissonnières se mettent à crier : « Les vivants au prix des morts ! » Et chaque touriste se demande s’il s’agit du poisson ou de tous ces hommes abattus sur un trottoir, sous l’aveuglante lumière de Marseille…

Lire la suite

Les vivants au prix des morts
René Frégni
Gallimard, mai 2017, 192 p., 18 €
ISBN : 978-2-07-273282-9